10 janvier 2007

L'antéchrist s'appelle Prosper !

En 2005 ressortait de l’ombre, après une éclipse de près de cinquante ans, le nom de Prosper Alfaric. C’est à l’initiative du philosophe Michel Onfray que l’on devait alors la réédition, aux éditions Coda, de certains de ses textes critiques sur le christianisme et la figure de Jésus, dans un recueil intitulé Jésus a-t-il existé ?. Sa thèse essentielle décoiffe : Jésus n’aurait jamais existé.


Jésus a-t-il existé ? La question peut paraître saugrenue. Déplacée. Tordue. Douter de la réalité du personnage fondateur de notre civilisation, n’est-ce pas pure folie ? C’est pourtant la question que nous pose Prosper Alfaric, et à laquelle il a répondu, pour sa part, de la manière la plus radicale : non, Jésus n’a pas existé. Son existence se réduit à celle d’un pur mythe.

Mais qui est donc cet étrange Monsieur Alfaric, aux idées si peu convenables ? Né en 1876 dans une famille de paysans de l’Aveyron, il grandit dans la foi catholique, et devient prêtre dès l’âge de vingt-trois ans. Sa carrière au sein de l’Eglise s’annonce des plus prometteuses. Mais voici qu’au contact de la philosophie, sa foi s’effrite. Jusqu’à s’évaporer totalement. Il a alors trente-deux ans. Bientôt, il délaisse ses fonctions sacerdotales, entame des études de philosophie, avec l’aide de quelques sommités – Lévy-Bruhl, Brunschvicg et Delbos –, et, en 1919, obtient la chaire d’histoire des religions de l’université de Strasbourg. En 1933, il publie Le Problème de Jésus et les origines du christianisme, qui lui vaut son excommunication de l’Eglise. Devenu l’un des piliers de l’Union Rationaliste, il ne cessera, jusqu’à sa mort en 1955, dans un dialogue constant avec les catholiques, son travail d’exégèse biblique.

«Un demi siècle plus tard, ses livres ne se trouvent plus, n’ont jamais été réédités, son nom ne dit plus rien à personne, son travail semble n’avoir jamais eu lieu… Enterrement discret d’une œuvre majeure», écrit Michel Onfray dans la préface de Jésus a-t-il existé ?. C’est, en effet, à l’auteur du Traité d’athéologie que nous devons la réédition, en 2005, de ce recueil de textes oubliés. Onfray ne s’étonne d’ailleurs guère du lourd silence qui a fini par ensevelir le nom de Prosper Alfaric : «On ne s’attaque pas impunément aux mythes… on ne reste pas sans punition d’avoir pensé, écrit ou dit que le roi est nu… Démontrer qu’une fiction sert de socle à une culture presque deux fois millénaires, voilà une information trop violente pour qui a été ondoyé physiquement et mentalement depuis le plus jeune âge.»

A la recherche de traces...

Trois textes présentent les arguments de notre sympathique «antéchrist» : «Jésus a-t-il existé ?», «Comment s’est formé le mythe du Christ», et «Le problème de Jésus». Ils datent respectivement de 1932, 1947 et 1954. Erudits, mais écrits dans un style d’une grande clarté, ils nous préviennent d’emblée – très honnêtement –, qu’en cette matière fort épineuse, nous nous mouvons dans le domaine du vraisemblable, et devons renoncer à toute certitude.

D’abord, Alfaric remarque qu’aucun auteur non chrétien du premier siècle, contemporain de celui qui aurait été Jésus, ne l’a cité dans ses écrits. Pas une seule allusion chez des Juifs comme Philon d’Alexandrie ou Juste de Tibériade, pas plus que chez des païens comme Suétone, Sénèque ou Pline l’Ancien. Dans l’œuvre monumentale de l’historien juif Flavius Josèphe, on ne trouve que quelques lignes consacrées au Christ ; et chez le Latin Tacite, on ne relève qu’une très brève allusion. Mais ces passages, soumis à la critique, s’avèrent très probablement apocryphes (rajoutés, au fil du temps, par des copistes chrétiens). Nous ne possédons pas davantage d’acte officiel de Rome, rendant compte du procès de Jésus par Ponce Pilate. Ces silences sont pour le moins perturbants.

Au fond, tout ce que nous savons de Jésus vient des Evangiles. Or, ces textes ont été rédigés longtemps après l’époque qu’ils décrivent, après l’an 70, puisqu’ils font tous référence à la destruction du Temple de Jérusalem qui eut lieu cette année-là. Alfaric situe même leur élaboration dans la première moitié du deuxième siècle. Les narrateurs ne sont donc en rien des témoins de la vie de Jésus. Et tous semblent étrangers à la Palestine, qu’ils connaissent manifestement fort mal. Et puis, ils se contredisent, d’un évangile à l’autre, sur des points cruciaux, n’hésitent pas non plus à orner leurs récits des prodiges les plus étranges. C’est que ces récits n’ont pour but que de servir une certaine théologie, qui varie d’un auteur à l’autre, chacun ayant sa propre conception de la nature du Christ. Il n’est dès lors pas étonnant que Jésus apparaisse davantage comme un «fantôme abstrait» ou une «idée qui marche», que comme un homme réel de chair et de sang.

Alfaric se penche aussi sur les textes chrétiens antérieurs aux Evangiles, qui peuvent, de par leur archaïsme, leur proximité avec les origines, constituer des sources encore plus décisives. Il s’agit de l’Apocalypse, des Epîtres de Paul, et de l’Epître aux Hébreux. Or, tous ignorent Jésus de Nazareth. Certes, Jésus (dont le nom même signifie «Iahvé sauve») y est présent, mais jamais sous la forme d’un personnage historique. Toujours sous la forme d’un être purement spirituel – mythique.

La formation d'un mythe

La réflexion d’Alfaric, passionnante de bout en bout, s’avère exaltante, lorsqu’elle s’efforce de reconstituer la manière dont a bien pu se former le mythe du Christ, quel état d’esprit a présidé à cette fabrication, et quels matériaux y ont pu être employés. Ainsi, à l’époque où nous ramènent les Evangiles, la Palestine est sous domination romaine, le peuple juif a perdu son indépendance, et a la conviction d’une intervention divine imminente. On cherche alors dans la Bible, qui passe pour être une grande prophétie messianique, l’annonce de la venue d’un Christ sauveur (ou «messie»), qui régnera sur l’univers et rétablira la justice. Et on la trouve ! Dans un oracle – librement interprété – de Jacob : «Le sceptre ne s'éloignera pas de Juda, ni le bâton de commandement d'entre ses pieds, jusqu'à ce que vienne Schilo, et que les peuples lui obéissent.» Texte fondamental, selon Alfaric, puisqu’il servit à déterminer la date à laquelle devait apparaître le Christ : avant la fin de la monarchie d’Hérode.

Alfaric nous montre comment l’image de Jésus s’est nourrie de certaines figures de l’Ancien Testament et d’autres textes anciens, proprement esséniens : une personnalité transcendante appelée «fils de l’homme» dans le Livre d’Hénoch ; un élu de Dieu, humble et méprisé, souffrant et mourant pour le rachat de nos péchés, et qui apportera la justice aux nations, dans le recueil d’Isaïe ; ou encore, dans les Psaumes, un pieux Israélite persécuté, soumis à d’innombrables maux, qu’on entend notamment lancer cet appel au secours qui en rappelle un autre : «Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?».

Si la figure du Christ se forme initialement dans le monde judaïque, elle n’en fait pas moins des emprunts à d’autres cultures. Alfaric remarque, en effet, d’étonnantes ressemblances entre le messie des chrétiens et d’autres hommes-dieux, plus anciens : Osiris en Egypte, Attis en Asie Mineure, Adonis en Syrie, ou Mithra en Perse. Tous ces dieux sauveurs passent pour avoir souffert, pour être morts de façon tragique, afin de ressusciter et d’assurer à leurs fidèles une éternité de bonheur. Guérisons miraculeuses, cène, naissance au 25 décembre, trahison d’un familier, soins pieux d’une femme éplorée… Autant de détails que l’on peut retrouver dans les récits de leurs vies – bien loin des Evangiles.

Un doute raisonnable

Au terme de la lecture des analyses de Prosper Alfaric, la thèse d’un Jésus mythique a perdu de son extravagance. Alfaric n’est, d’ailleurs, pas le premier à l’avoir soutenue. On la fait couramment remonter à Bruno Bauer (vers 1840). En réalité, il faut remonter beaucoup plus loin. A la Bible elle-même ! Dans la deuxième Epître de Jean, on peut lire, en effet, ceci : «Car plusieurs séducteurs sont entrés dans le monde, qui ne confessent point que Jésus-Christ est venu en chair.» Les sceptiques étaient là dès l’origine. Il est remarquable, aussi, de noter que deux papes du XVIe siècle ont affirmé le caractère légendaire de Jésus : Léon X et Paul III. Le premier confia à son secrétaire, le cardinal Bembo : «On sait de temps immémorial combien cette fable de Jésus-Christ a été profitable à nous et à nos proches». Quant au second, il déclara au duc Mendoza, ambassadeur d’Espagne : «N'ayant pu découvrir aucune preuve de la réalité historique de Jésus-Christ de la légende chrétienne, j'étais dans l'obligation de conclure à un dieu solaire mythique de plus

Les papes eux-mêmes ont douté. Mais pas mon dictionnaire… En ouvrant au mot «Jésus» mon Dictionnaire Hachette encyclopédique, qui ne date pas du Moyen Age, mais de l’année 1994, j’ai pu lire cette révélation : «La Résurrection n’est pas un fait historique directement constatable. C’est indirectement seulement qu’elle nous est connue : le tombeau est vide le dimanche matin…». Ciel ! Qu’ai-je donc perdu mon temps à lire Prosper Alfaric ! Puisque mon petit dictionnaire illustré m’assure, non pas seulement que Jésus a existé, mais qu’il est ressuscité ! Indirectement connue, la résurrection est néanmoins… connue. Fichtre !

On le voit, le temps fait les croyances, lourdes et inébranlables, il érige, par son travail patient, les plus incertaines réalités en massives évidences. Le temps – par l’habitude, par la coutume – endort les consciences, les rend insensibles au bon sens. Les textes de Prosper Alfaric sont précisément de ceux qui réveillent les consciences, les ébranlent, les remettent en état de marche. Leur intelligence scrupuleuse mérite d’être ressuscitée ! Pour donner vie à d’autres travaux, plus actuels, mais animés du même esprit. A l’orée d’un siècle qui s’annonce «religieux», il est du devoir de chacun de prendre à bras le corps toutes ces questions avec liberté et rigueur.

Signalons enfin que l’ouvrage Jésus a-t-il existé ? couvre un champ beaucoup plus vaste que le seul titre ne le laisse entrevoir ; il étudie, en effet, outre le problème de Jésus, les origines sociales du christianisme, le mythe de Marie, les origines et l’histoire de l’excommunication, la façon dont se faisaient autrefois les papes, la croyance en Dieu, et d’autres sujets encore.

1 commentaire:

fdo a dit…

Une réponse s'impose : il faut lire le billet que j'ai rédigé sur mon blog.